MONDAY CONFESSIONS: SA VOIE

Trouver sa voie, toute l’histoire de ma vie!

On peut dire que je suis le genre d’enfant qui a et fait toujours suer ses parents, non pas parce que je suis une enfant difficile loin de là mais tout simplement parce que je me cherche encore et encore.

Depuis petite, j’ai toujours été confronté dans ma tête a une multitude d’envies et à la question « que veux-tu faire plus tard? » je répondais souvent non pas une chose mais une longue liste interminable:

Pédiatre ou architecte ou décoratrice d’intérieure ou styliste ou dessinatrice ou…chef de projet…et j’en passe! Si je te cite tous les métiers que je souhaitais faire, on y sera encore là demain.

Après avoir obtenu mon baccalauréat, j’ai passé un an (allez quelques mois) à prendre des cours par correspondance afin d’approcher mon but de devenir architecte d’intérieur; rêve qui a vite fait tourné au cauchemar car l’école n’était pas du tout sérieuse. Ensuite, je me suis lancée à la conquête de cette terrible année de médecine où tu retrouves des milliers de candidats pour à peine une centaine de place. Tu peux donc te douter que j’ai lamentablement échoué. A la suite de cette année de difficulté scolaire intense, j’ai pris la décision de partir vivre en France afin de trouver ma voie.eeef76ca61dd268fabc656f51921f1ea

J’ai fait des études en tant qu’assistante manager (bac+2) puis ai continué pour obtenir la licence dans ce même domaine. 3 années d’études que j’ai réussi haut la main si je puis dire. L’avantage de ce cursus a été pour moi le faite qu’il soit en alternance. Cela m’a permis de mieux me rendre compte de la réalité du travail et surtout de l’attente des employeurs vis à vis de nous; jeunes diplômés. La réalité est telle que je vais être dur sur ce coup mais je n’utilise à peine que 20% de ce que j’ai pu apprendre à l’école. Tout ce que je sais faire, que je maîtrise actuellement en tant qu’assistante marketing, je l’ai appris sur mon lieu de travail, avec ma tutrice et auprès de mes autres collègues.

Je ne vais pas me lancer sur le sujet de la réalité du boulot car sinon encore une fois, on y sera pour demain tellement je pourrais écrire un roman. Mais aujourd’hui, après avoir obtenu mon diplôme et étant lancé dans le marché de l’emploi, après avoir enchaîné pendant deux ans les missions d’intérim, je sais que ce n’est pas ma voix.a4f6f857cc504e5f7f4327777a896bb3

Mieux vaut tard que jamais! Mais se rendre compte que tu as fait trois ans dans un domaine qui ne te plaît pas est une dur réalité pour moi qui est besoin de travailler, besoin de trouver ma voie et de me sentir bien au sein d’une entreprise. Moi qui cherche à me réveiller les matins en me disant que je suis heureuse d’aller bosser, d’apprendre, de retrouver mes collègues car c’est sur le lieu de son travail que l’on passe une grande partie de ses journées!

Je ne veux pas écrire cette article pour étendre mon désespoir mais juste pour te dire que si à l’heure actuelle tu n’as toujours pas trouvé ta voie; ce n’est pas un échec. Que tu es 15, 18, 25 ou encore 40 ans, nous avons la chance d’être dans une société en perpétuelle mouvement où changer de voie n’est pas mal vue comme autrefois. Il ne faut pas te dire que j’ai choisi ça même si je ne m’y sens pas bien j’y reste. Hors de question de ne pas pouvoir se remettre en cause et chercher l’épanouissement. Il est important de se dire que cela ne sert à rien de courir, cela ne sert à rien de vouloir aller plus vite que la roue, il ne faut pas avoir peur d’expérimenter car tu n’auras au moins, aucun regret.89838460daf47062b0ef6ff7c8d6e9f3

Il ne faut pas se mettre la pression pour choisir sa voie mais plutôt écouté et voir les signes qui se glissent sur ton chemin. Cela te permettra d’analyser au mieux ce qui te permettra d’être heureux dans ton travail.a76c5aab8e849cad8ea789bfe06c0a36

« Celui qui n’a pas vécu l’expérience, ne peut pas savoir ce que lui réserve l’avenir ».

 

 

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Didi dit :

    Ton article tombe à pic. j’ai passé ma journée à me demander ce que j’allais bien faire de ma vie. Merci de m’apprendre que je ne suis pas la seule dans ma quête…

    Aimé par 1 personne

    1. NappyInfancy dit :

      C’est une quête de chaque jour mais je suis persuadée que l’on finira tous par trouver sa voix il faut laisser le temps au temps et savoir saisir les opportunités quand elles frappent à la porte.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s