On a tous besoins de se réinventer

Jeudi 1er Novembre

Réveil mis à 5h du matin pour le vendredi 2 novembre. L’avion ne décolle normalement qu’à 12h15 mais avec un total de 8 valises nous devons arriver très tôt à l’aéroport pour payer les valises en trop. Bizarrement, le seul stress que je ressens est celui du moment où je vais arriver aux douanes. Je ne sais pas pourquoi c’est ma hantise. Même en sachant que je n’ai pas de raison d’avoir peur car je ne transporte rien d’illicite, je suis toujours dans cette état à ce moment précis.

Vendredi 2 novembre

C’est le jour j! Nous voici à table entrain de manger avec la famille de Choudou et mon cousin. Notre dernier petit déjeuner français à l’aéroport. Même si à table tous le monde rigole je sens la tristesse un peu pesante mais je me dis que c’est la vie et que je dois rester forte pour Choudou car lui il quitte sa famille; sa mère, sa soeur, son neveu alors que moi j’ai déjà quitté ma mère et mes grands-parents 8 ans au paravant lorsque je suis venue poursuivre mes études à Paris. Mon cousin est comme un frère pour moi, moi qui suis fille unique, même si notre relation a été très compliqué à une certaine période, je retiens mes larmes car il va me manquer. C’est toujours très dure de dire aurevoir aux êtres qui nous sont chers car même si on a espoir de les revoir très bientôt on ne sait pas ce qui nous attends, ni si nous aurons vraiment la possibilité de les revoir dès que nous aurons envie. La distance creuse un fossé, que nous seul devons restreindre au maximum car une famille nous n’en avons qu’une. Que ce soit Choudou ou Moi même, je sais qu’on a espoir de revoir nos familles dans les prochains mois ou durant les grandes vacances. Nous souhaitons secrètement gagner notre vie assez bien la-bas afin de faire venir nos mères. Je pense que c’est l’une des choses qui nous motive par dessus tout.

IMAG0006-EFFECTS

Après quelques petites larmes, des câlins et des regards disant qu’on s’aime, on laisse nos familles d’un côté et nous, nous avançons vers une nouvelle page de notre vie. Une page que nous avons souhaité écrire à deux, vivre à deux, avec des objectifs communs en tant que couple mais aussi nos objectifs en tant qu’individu.

Ouf tout s’est très bien passé à la douane française. Il ne manque plus que la douane canadienne et tout ira mieux. On embarque dans un bus qui nous emmène vers l’avion de AIR TRANSAT. A chaque fois que nous avons été au Canada, c’est cette compagnie qui nous a amené à destination. Nous avons toujours trouvé des bons prix pour des vols qui se déroulent très bien. Enfin assis à nos places, je peux lire dans son regard de la tristesse mais en même temps de l’excitation. Avant notre départ, tous les jours j’avais très peur qu’il veuille faire machine arrière mais aujourd’hui, à cette instant-ci je suis certaine qu’il est tout autant exciter que moi de commencer cette nouvelle aventure ensemble.

Les 8 heures de vols m’ont parus assez long cette fois-ci. Je pense que c’est mon impatience qui guidait mes pensées tout le long du vol.

IMG_20181108_061841_014

Atterrissage en douceur mes sous la pluie et le brouillard. Je note depuis plusieurs années que personne n’applaudit plus lorsque le pilote fait atterrir l’avion. Je trouvais ça tellement génial même si c’est son métier de nous faire voyager dans de bonne condition et d’arriver à destination sain et sauf. Suis-je la seule à regretter cette période?

Arriver à la douane après une longue marche dans les couloirs de l’aéroport, j’ai l’impression d’être dans un film de fin du monde face à ces douaniers et ces machines hors du temps sur lesquels on doit s’enregistrer. Choudou a quelques difficultés à s’enregistrer sur la machine donc nous sommes contraints de le faire deux fois avant d’aller devant les agents de douanes. Nous finissons par passer chacun de notre côté. Tout est fait en moins d’une minute puis nous devons nous diriger devant les agents pour les nouveaux arrivants.

Le stress recommence à monter. Je sens mon coeur qui bat à mille à l’heure. Je sors tous mes documents de mon sac (passeport, billet d’avion, document de fonds bancaire disponible en France, mon assurance PVTiste, mon permis de travail…). Ma voix est tremblante, j’arrive à peine à bien répondre aux questions mais tout se passe très vite et en moins de deux je suis assise sur la chaise à attendre que Choudou passe lui à son tour. Je regarde dans sa direction mais il ne me voit pas. Il fait un air bizarre donc je commence à m’inquiéter. Les minutes passent, je trouve ça long et le stress recommence à monter quand finalement je le vois venir vers moi. Il m’explique que l’agent ne voulais pas lui donner son permis de travail car son papier allait périmer bientôt. Il a essayé de lui expliquer que non que normalement c’était censé être l’année prochaine donc il avait parfaitement le temps. Mais l’agent ne voulait pas le croire. Finalement, il a eu son papier mais l’histoire nous a semblé vraiment bizarre….

IMG_20181105_054932_791

La suite de nos aventures au prochain rendez-vous. 

Bisous

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s